Dimanche 22 juillet 2018

Esaïe 49,7-13


Lire le texte

Le Seigneur, le Saint d’Israël au serviteur méprisé et honni des nations: « Les rois verront, ils se lèveront à cause du Seigneur fidèle qui t’a choisi.» Quatre petites strophes pour introniser ce Serviteur qui incarne l’Alliance. La première (les puissants ébahis) et la dernière (le peuple et sa terre acclament) encadrent le voyage de retour, nouvel Exode difficile, providentiellement conduit. Le mouvement de la réhabilitation d’Israël telle que prophétisée et célébrée par ce cantique évoque celui d’un train lourd gravissant une rampe sévère: mis en branle de l’arrière par une locomotive qui le pousse – la promesse – et aidé de l’avant par une autre qui le tire – la vision avancée de la gare de déchargement, vision pilote, vision d’espérance. Ainsi notre cheminement de vie et de foi: initié par le baptême, alimenté par toute expérience spirituelle de découragement et de renaissance, il ne peut avancer que par la mémoire du futur. Celle-ci est l’annonce répétée et la prise de conscience progressive des bénédictions que Dieu tient en réserve pour ceux qui comptent sur lui. Chaque exaucement, parce qu’il annonce le dernier, est notre terre promise.

« C’est de la part du Christ que nous prenons la parole, comme si Dieu lui-même vous adressait un appel par nous: acceptez d’être réconciliés avec Dieu.» (2 Co 5,11-21) « Ne prenez rien avec vous pour le voyage, ni sac ni argent…» (Mc 6,7-13)

Référence biblique : Esaïe 49, 7 - 13

Commentaire du 23.07.2018
Commentaire du 21.07.2018